Chasseurs et passionnés de chasse

Tous ceux d’entre nous qui ont été abattus par un animal se souviennent de ses premiers coups de feu de façon particulièrement vivante. Le tout premier animal d’une certaine espèce prend toujours une position très particulière. Le premier mâle abattu dans une clairière ou le premier renard sur le terrain – ces moments sont des expériences inoubliables pour tout chasseur. Christiane, une jeune chasseuse du Brandebourg, aimerait vous raconter l’histoire de sa première truie chassée aujourd’hui. Un maître-chien et un chien nommé Kimba ont également joué un rôle décisif dans cette histoire – mais lisez vous-même !

Chère communauté des chasseurs de chevreuil

ChristianeJe m’appelle Christiane, une jeune chasseuse de 18 ans originaire de la célèbre ville de Beelitz, dans le beau Brandebourg, où l’on cultive les asperges. Lorsque nous avons déménagé dans les environs de Nauen (également dans le Brandebourg) dans notre petite enfance, j’avais déjà eu mes premières expériences de chasse avec ma grand-mère, que j’accompagnais souvent sur le terrain de chasse à cette époque. Il m’est apparu très tôt que j’aimerais moi aussi être un chasseur. La production d’une alimentation de qualité est au premier plan pour moi, mais la préservation d’un équilibre sain de la nature est également importante pour moi. Depuis août 2017, j’ai enfin mon propre permis de chasse et je suis actuellement dans ma première année de chasse sur le terrain.
Fin janvier de cette année, j’ai eu pour la première fois l’occasion de chasser le sanglier dans mon propre terrain de chasse. J’étais déjà assis dans la cachette tout l’après-midi lorsqu’un puissant transfuge a osé quitter la réserve à 17 heures et s’est déplacé en demi-cercle devant moi à travers le champ. Alors que le beau cochon se déplaçait calmement de gauche à droite en ligne droite devant moi, j’ai déverrouillé le fusil (calibre 8×57 IRS) et tiré un coup de feu. L’animal, cependant, n’a pas dessiné et s’est seulement déplacé plus rapidement hors de mon champ de tir. À la dernière occasion, j’ai tiré un deuxième coup sur la truie avec une balle de fusil – ce qui n’a pas non plus apporté le succès escompté. Totalement secoué, j’ai fixé mon arme et après environ 15 minutes d’attente, j’ai retiré la perche pour que l’animal ne se réarme pas. Je vous conseille d’étudier le comportement des bêtes grace à une camera de chasse infrarouge que vous pourrez retrouver sur ce site. Après avoir rangé mon sac à dos et mon coussin de siège dans la voiture, je suis parti à la recherche de signes de traque tels que coup de feu, voie d’évacuation et cheveux coupés, mais je n’ai trouvé qu’une courte voie d’évacuation avec des pénétrations très profondes et un crochet clair à l’endroit où j’ai pris le cochon sous le feu pour la deuxième fois. Par conséquent, je suis relativement sûr de ne pas avoir raté le morceau.
Après une longue recherche – entre-temps avec l’aide de la lampe de poche – j’ai trouvé une seule goutte de sueur exactement au même endroit, ce qui a confirmé mes soupçons. Peu de temps après, j’ai décidé de demander l’aide d’un maître-chien en qui j’ai confiance, qui va régulièrement à la chasse avec ses chiens. En plus d’un German Shorthair, il dirige un Kopov (sanglier) et un mâle BGS (chien de chasse bavarois) très expérimenté pendant la chasse. Il m’a demandé de ne pas poursuivre moi-même l’animal le plus probablement malade et de laisser la piste tranquille pour permettre au chien de vérifier autant que possible la météo du cochon.

Dans le même temps, il a souligné qu’il n’effectuerait certainement pas de recherche de suivi dans l’obscurité, près du roseau, car cela constituerait un danger potentiel pour le chien, auquel il ne voudrait pas l’exposer. En fin de compte, j’ai dû l’accepter. J’ai pris rendez-vous avec lui pour le lendemain matin dans la zone de chasse et je suis parti pour la maison.

Battue et chasse à l’affut

Le lendemain matin, après une nuit blanche, je suis rentré au poste et j’ai attendu nerveusement le maître-chien et Kimba, son compagnon à quatre pattes. Finalement, le ramassage avec la boîte du chien est arrivé ponctuellement à 7 heures du matin. J’ai expliqué au maître-chien où j’avais abattu le cochon et où il s’était enfui pendant qu’il achevait le chien et le fusil. Il a ensuite déposé la Kimba qui attendait calmement dans la voiture et a couru avec moi jusqu’à l’endroit où j’ai tiré sur l’animal pour la première fois la nuit précédente. Sur place, il a immédiatement repéré des interventions plus profondes et a appelé Kimba pour qu’il vienne prendre la piste. Kimba a immédiatement commencé à travailler sur le parfum.
Quelques instants plus tard, le chien mâle est arrivé à l’endroit où j’avais trouvé la seule goutte de sueur. Il n’a cependant pas fait le tour, mais a continué à chercher infailliblement de l’autre côté de la piste. Droite comme un dé, le chien a marché 80 mètres de plus sur une terre en friche, au bout de laquelle il s’est finalement arrêté devant une rangée d’arbres, s’est retourné et a fait un bruit. Il avait trouvé l’animal mort.
Chien-chasse-champImmédiatement, on a ressenti une grande joie et un grand soulagement de savoir que la pièce était morte. C’était un sentiment libérateur de ne plus avoir à se soucier de l’animal éventuellement malade. Le préposé a félicité Kimba pour son bon travail et a ensuite examiné mon porc, qu’il a estimé à environ 70 kg. Pour notre district déjà un très fort transfuge.
Malheureusement, le morceau était naturellement chauffé après plus de 12 heures, de sorte que la viande ne pouvait pas être utilisée et devait malheureusement être éliminée. Bien sûr, ce n’était pas une expérience agréable pour moi, mais avec le premier morceau de sanglier, rien d’inhabituel. Comme les porcs dessinent souvent peu ou pas du tout, il peut être très difficile de déterminer l’emplacement du coup.
Le soir, je suis resté longtemps assis à la maison pour traiter ces impressions extrêmement intenses de ma première truie autotractée. C’était une expérience et malgré tout je suis très heureux d’avoir décidé de faire la recherche de suivi. C’était incroyablement impressionnant de voir comment le chien et son maître travaillaient ensemble, même si la piste avait duré plus de 18 heures.
C’est pourquoi j’ai réalisé que je préférais faire une recherche de trop que de trop peu !
J’espère que vous vous êtes amusés avec mon premier article sur Jagdprinz et que vous l’avez aimé. Je vous recontacterai certainement bientôt !
En attendant, horreur et bonne chasse,
Votre Christiane

Chers chasseurs et amateurs de chasse,

Il y a quelques mois, Theresa vous a raconté en détail sur notre blog comment elle est venue chasser et quelles choses sont particulièrement importantes pour elle. À cette époque, elle était encore en train de préparer son propre permis de chasse. Entre-temps, elle a enfin réussi l’examen et est maintenant de retour pour partager ses expériences avec tous ceux qui s’intéressent à la chasse. Ce qu’elle a vécu pendant cette période, comment elle a dû surmonter sa peur des examens à plusieurs reprises et surtout comment l’examen s’est déroulé, vous pouvez le découvrir exclusivement chez nous dans la première des deux parties.

Bonjour chère communauté des princes chasseurs,
Je reviendrai vers vous avec une histoire. Dernièrement, c’était plutôt calme autour de moi, car j’étais en plein milieu de la préparation à l’examen pour mon permis de chasse.
Le samedi 19 mai 2018, le moment était enfin venu – le dernier examen était prévu. Cette semaine passionnante et éprouvante s’est achevée, et j’aimerais vous en parler. J’étais toujours accompagné de ma chienne Labrador Eclipse, qui aimait aussi aller à l’école de chasse ; mais peut-être seulement parce qu’elle recevait un ou deux morceaux de pain pendant les pauses.
Alors si vous voulez savoir comment j’ai fait ces dernières semaines et comment s’est déroulé l’examen, poursuivez votre lecture !

Mon compagnon de chasse : Eclipse le chien de chasse

Il y a quelques semaines, mon voyage pour obtenir mon permis de chasse a commencé à l’école de chasse Passion à Bad Dürkheim dans la forêt du Palatinat, à environ 20 kilomètres à l’ouest de Mannheim. J’ai décidé de suivre un cours de week-end comprenant une semaine intensive juste avant l’examen. Les week-ends, le programme s’étendait de 8 heures du matin à 18 heures environ. Il y avait du bachotage, du tir, de la détermination des arbres, de la biologie de la faune, des coutumes ou du maniement des armes. Pendant la semaine, tous les participants ont vaqué à leurs occupations quotidiennes et personne ne pouvait donc attendre d’être de retour en classe le vendredi à 15 heures !

Nous étions un groupe formidable, et apprendre le week-end était incroyablement amusant – alors, pendant que j’en parle maintenant, j’ai la chair de poule de temps en temps à cause des nombreux merveilleux souvenirs.

La première visite au stand de tir

Chasse-foret

La première visite au stand de tir s’est déroulée sans problème pour nous tous, et même les lapins roulants n’ont pas été laissés pour compte. La visite du stand de tir était toujours accompagnée d’un déjeuner en commun, ce qui soudait de plus en plus notre troupe.

Semaine après semaine, nous avons acquis de plus en plus de connaissances et petit à petit, nous avons tous pris conscience : dans deux semaines, les examens auront enfin lieu ! Mais juste à ce moment, ils ont commencé à douter d’eux-mêmes. De jour en jour, je suis devenu plus nerveux. Je n’ai pas bien dormi, je n’avais que l’épreuve de chasse dans la tête et la peur de l’échec qui l’accompagnait. Malgré les encouragements encourageants de mes professeurs de l’école de chasse, de mes amis, de mes parents et de mon petit ami, la peur de ne pas réussir s’est accrue en moi. Il était clair pour moi que cela allait briser l’un de mes plus grands rêves. Les tests pratiques que nous avons passés à l’école sur chacun des sujets se sont bien passés. Pas une seule fois je n’aurais échoué. Néanmoins, la pensée ne cessait de revenir : “Mais que faire si quelque chose de complètement inattendu est testé ? Et si je m’évanouissais ?”

Comme la formation à la chasse dans une école de chasse ne dure généralement qu’une courte période, l’expérience pratique fait souvent défaut. Mais pas pendant mon cours. Comme les responsables de l’école de chasse sont des amis à nous, l’occasion s’est présentée de déterrer chez nous un sanglier de 73 kg avec tout le parcours et de le mettre à zéro. Mon beau-père avait réussi à tuer l’animal quelques jours auparavant.

Il arrive souvent que certains des participants au cours n’aient pas de contact direct avec les chasseurs ou ne soient pas issus d’une famille de chasseurs comme moi. D’autant plus que cette offre était un changement bienvenu dans la théorie. De plus, on nous a fourni un lapin pour nous ouvrir. Même si le fait d’ouvrir ou de briser un morceau de grenaille n’est pas une tâche d’examen, c’était passionnant de l’avoir fait une fois ou du moins de l’avoir vu.

Nous avons continué à tirer au fusil de chasse. Curieusement, je n’ai jamais été enthousiasmé par les disciplines des balles et j’ai toujours participé avec confiance. Nos disciplines de balles consistaient en trois tirs placés sur une cible en coin, quatre tirs debout sur le bélier, trois tirs sur le coin courant et cinq tirs avec le fusil court à sept mètres. J’ai touché 8/10, 9/10 ou même 10/10 lapins. Néanmoins, je ne me sentais pas en sécurité de passer le test de toute façon.

Entre-temps, la semaine intensive approche, qui sera couronnée par l’examen du vendredi et du samedi. Nous avons tout donné et tout appris jusqu’à ce que nous tombions. Même en fin de soirée à la maison, je ne pouvais pas m’empêcher de toucher à l’application d’apprentissage et, en général, je ne pouvais pas m’en séparer avant 23 heures.

Mais cela ne suffirait pas. Bien entendu, en plus de l’examen écrit, il fallait passer un examen pratique et oral pour obtenir le permis de chasse. Au début, mes doutes à ce sujet étaient limités – jusqu’à ce que le moment soit enfin venu. Chaque sujet a été examiné pendant une dizaine de minutes. L’ensemble de la procédure a donc duré environ 60 minutes. Comment allais-je m’en sortir ?

Read also x